Bizerte Smart City : Tout ce qu’il faut savoir sur Bizerte de 2050

Marketing digital

Vous désirez trouver un guide complet et détaillé sur le projet Bizerte smart city pour vous aider à mieux comprendre la ville intelligente et Bizerte de demain ? Alors découvrez le mien ! C’est en réalité c’est la première fois que j’écris un article sur l’urbanisme, l’architecture. Je ne suis pas Zaha Hadid ni Tadao Andō pour parler trop architecture et urbanisme, Je suis un digital marketer Bizertin et j’ai décidé donc de m’y mettre dans ce sujet sérieusement..

« Bizerte 2050 » est une association non gouvernementale créée en 2009 et présidée Borhene Dhaouadi. Cette ONG porte un programme de développement socio-économique, urbain et environnemental pour la région de Bizerte.  Alors, Ce projet a été baptisé « Bizerte Smart City ». Voici donc tout ce que vous devez savoir à propos de ce projet.

j'ai un rêve martin luther kingLe projet Bizerte Smart City : C’est quoi ?

À l’heure où l’urbanisation s’accélère et que la mobilité urbaine devient un défi de tous les instants, la ville tunisienne de Bizerte ne fait pas exception et devrait connaître de profonds changements, en particulier en matière de numérique et de technologie. C’est dans cette perspective que l’association Bizerte 2050, à travers le projet « Bizerte Smart City », souhaite transformer la capitale du nord de la Tunisie en une ville intelligente et durable.

Le projet concerne initialement toute la région de Bizerte, y compris d’autres villes comme Sejnane, Menzel Jémil, Joumine et Ghezela et, dans un deuxième temps, toutes les régions du pays dans le contexte d’une coopération interrégionale de 30 ou 40 ans. Ce projet doit avant tout être précédé par la création d’un écosystème engagé dans une stratégie de développement durable utilisant les nouvelles technologies, en milieu urbain et rural. L’objectif étant d’intégrer les composants intelligents dans le développement de ces projets, notamment dans les domaines de la gestion de la mobilité, de l’énergie, du bâtiment et du logement, du service public, ainsi que de la mobilité intégrée.

Mais l’autre principal objectif du projet « Bizerte Smart City » c‘est de vulgariser le concept de « ville intelligente » et sensibiliser les gens à tous les bénéfices qu’une ville intelligente peut apporter au développement de la cité et à l’épanouissement de chaque citoyen.

Pub, Info et strategie digitale

Passage d'information Bizerte smart city

Toutefois, la stratégie digitale et la campagne marketing de « Bizerte Smart City » ne semble pas être à la mesure de l’importance et de la grandeur du projet.

En effet, à part une page Facebook sponsorisée avec quelques publications, un site web plutôt beau, mais qui met un temps fou pour se charger, et deux vidéos de présentation qui semblent avoir été réalisées à la va-vite, le projet « Bizerte Smart City » ne bénéficie pas d’une exposition et d’une médiatisation suffisante (consultez mon article Communication web sur Journal du net, JDN). Surtout que les détails du projet restent assez flous pour la majorité des citoyens, surtout pour les Bizertins lambda, alors que ce sont eux qui doivent être les principaux acteurs, relais et bénéficiaires de ce projet.

C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai décidé de consacrer ce dossier pour éclairer les citoyens sur les différents points importants du projet « Bizerte Smart City ».

L’absence des «smart people» et la présence des politiciens, pourquoi ?

pourquoiEnfin, il est important de noter que le projet « Bizerte Smart City » est soutenu par le plan quinquennal 2016-2021 de l’État tunisien, qui a alloué un budget de 1600 millions de dinars pour accompagner de nombreux projets de développement. « Bizerte Smart City » en fait partie.

Ici, une première question se pose : le projet « Bizerte Smart City » fait-il l’objet d’une récupération politique ? Si l’on se base sur les nombreux politiciens qui parlent de ce projet et leur présence massive lors des deux premières éditions de la conférence internationale « Bizerte Smart City », il est légitime de penser que le projet « Bizerte Smart City » est utilisé à des fins politiques. Par ailleurs, récupération ou pas récupération, il faut voir dans un premier temps si le projet apportera plus d’avantages que d’inconvénients pour la société.

Dans un deuxième temps, il faut voir si c’est un projet réalisable. Nous allons essayer de répondre à toutes ces questions ci-dessous.

Objectifs et perspectives de « Bizerte Smart City »

Le projet « Bizerte Smart City » s’oriente autour de plusieurs axes de développement qui font office d’objectifs à long terme. Ainsi, ces objectifs sont :

  • Inclure Bizerte dans la liste des villes intelligentes à travers le monde via la proposition, puis la mise en œuvre de projets structurants et stratégiques ;
  • Faire de Bizerte une ville durable et moderne ; c’est-à-dire une ville portuaire dédiée aux énergies renouvelables ;
  • Promouvoir la modernisation et la durabilité des secteurs clés de l’économie régionale, y compris l’agriculture, l’industrie, le tourisme et l’économie portuaire ;
  • Préserver les ressources naturelles et proposer des solutions durables aux problèmes de pollution de l’environnement ; • Intégrer les composants intelligents dans des domaines qui affectent directement ou indirectement chaque citoyen afin d’améliorer leur cadre de vie.

« Bizerte Smart City » c’est aussi un ensemble de perspectives, toutes liées à la globalisation du concept de ville intelligente à travers toute l’Afrique du Nord et le Maghreb. Voici ces perspectives :

  • Création d’un groupe de réflexion et de travail concernant les villes intelligentes afin de développer, promouvoir et définir le cadre d’éligibilité des villes intelligentes en Tunisie, en concertation avec d’autre département d’État comme le Ministère de l’Environnement, du Transport, des Finances, de l’Aménagement du territoire, etc.
  • Création d’un consortium de planification pour la mise en œuvre du programme Bizerte Smart City. Les points de réflexion seront définis avec toutes les parties prenantes et en consultation avec les élus municipaux.
  • Création d’un centre d’innovation pour soutenir et incuber les start-up et les jeunes dans les domaines des nouvelles technologies de l’information et de la communication et de l’intelligence artificielle. La priorité est donnée au campus universitaire de Menzel Abderrahmene en tirant parti des installations existantes sur le site. Ce centre hébergera le siège du consortium de planification pour la mise en œuvre de « Bizerte Smart City ».

Infographie : Quels sont les axes de gestion ?

axe de gestion smart city 2050Qu’est-ce qu’on entend réellement par « smart city » ?

Avant d’entrer dans les détails du projet « Bizerte Smart City », il est indispensable de comprendre ce qu’on entend par Smart City ou ville intelligente.

Le Smart City Council définit la ville intelligente comme « une ville intégrant la technologie numérique dans toutes ses fonctions ». Bien que facile à assimiler, cette définition n’est pas complète. La technologie n’est qu’un seul parmi les nombreux moyens par lesquels nous construisons des villes intelligentes ; et ce n’est pas leur raison d’être. Alors, qu’est-ce qu’une ville intelligente ? Qu’est-ce qui fait qu’on qualifie une ville d’« intelligente » ?

La ville intelligente a pour objectif la durabilité environnementale, économique et culturelle. Si l’on se base sur la définition de la durabilité empruntée dans un document de l’ONU de 1987 connu sous le nom de « rapport Brundtland », une nouvelle définition émerge. Ainsi, les villes intelligentes « sont des développements urbains qui répondent aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs ».

ville intelligente

Si la ville intelligente était un corps humain, alors la technologie serait son système nerveux, assimilant des informations et répondant à nos besoins actuels tout en modulant nos ressources physiques et intellectuelles à long terme. Le système nerveux de la ville intelligente nécessite des entrées sensorielles. L’Internet des Objets constitue les yeux, le nez et les oreilles de la ville, tandis que ses fibres nerveuses sont composées par les technologies de l’information et de la communication. Si l’on suit toujours cette métaphore corporelle, la ville intelligente ne pourrait pas fonctionner uniquement avec des systèmes d’infrastructures tels que des capteurs et des réseaux de communication. Elle a besoin d’une source de nourriture qui circule dans le corps. Cette source d’alimentation est constituée par les données ou ce qu’on appelle communément le Bigdata : l’élément vital des villes.

Bien que le sang et les neurones jouent un rôle important sur le plan fonctionnel, ce qui distingue véritablement les villes intelligentes, c’est leur « esprit » ; c’est-à-dire les millions de citoyens engagés, dotés de technologie qui leur permet de rechercher une vie plus épanouissante.

Les 3 principales caractéristiques d’une ville intelligente

Les tendances émergentes telles que l’automatisation, l’apprentissage des machines et l’Internet des Objets sont en train de favoriser l’adoption de la ville intelligente. Théoriquement, n’importe quel domaine de la gestion d’une ville peut être intégré à une initiative de ville intelligente.

1. Le transport

L’un des exemples les plus classiques est le parcomètre intelligent qui utilise une application pour aider les conducteurs à trouver des places de stationnement disponibles sans encerclement prolongé. L’horodateur intelligent permet également le paiement numérique, il n’y a donc aucun risque de manquer de pièces de monnaie.

Toujours dans le domaine des transports, la gestion intelligente du trafic est utilisée pour surveiller et analyser les flux de trafic afin d’optimiser l’éclairage public et éviter que les routes ne deviennent trop encombrées en fonction des horaires et des heures de pointe. Le transport en commun intelligent est un autre aspect des villes intelligentes. De nombreuses entreprises de transport en commun intelligent sont capables de coordonner les services et de répondre aux besoins des usagers en temps réel, améliorant ainsi leur efficacité et la satisfaction des usagers. Le covoiturage et le vélo-partage sont également des services courants dans une ville intelligente.

La gestion de cette mobilité urbaine figure parmi les principaux axes de gestion du projet « Bizerte Smart City ». En effet, le projet insiste sur la mise en place de services de gestion de véhicules électriques, avec toutes les infrastructures que cela comporte. La gestion auto-adaptative du trafic et des transports en commun font aussi partie des priorités. Ans oublier, la mise en place d’un système de gestion intégré de la mobilité qui fournira des informations en temps réel sur tous les utilisateurs de la route.

2. L’énergie et l’environnement

La conservation de l’énergie et l’efficacité énergétique sont des objectifs majeurs des villes intelligentes. À l’aide de capteurs de collecte de données électroniques, les réverbères intelligents s’assombrissent lorsqu’il n’y a ni voitures, ni piétons sur la route.

La technologie de réseautage intelligent peut être utilisée pour améliorer les opérations, la maintenance et la planification, pour fournir de l’énergie à la demande et pour surveiller les pannes éventuelles. Les initiatives de ville intelligente visent également à surveiller et à résoudre les problèmes environnementaux tels que le changement climatique et la pollution atmosphérique. L’assainissement peut également être amélioré avec une technologie intelligente, qu’il s’agisse d’utiliser des poubelles connectées à Internet et des systèmes de gestion de flotte activés par l’Internet des objets pour la collecte et l’enlèvement des déchets, ou d’utiliser des capteurs intelligents pour mesurer les paramètres de l’eau et garantir la qualité de l‘eau potable en amont.

Il s’agit aussi de mettre en place un système d’élimination appropriée des eaux usées et de drainage en aval.

La gestion de l’énergie

Une bonne gestion de l’énergie et le souci de la protection de l’environnement font parties des principaux axes de gestion du projet « Bizerte Smart City ». Ainsi, le projet comprend le déploiement de réseaux intelligents de contrôle des éclairages appelés SmartGrids, ou encore la mise en place d’un système de gestion avancé et en temps réel du réseau électrique. Bien évidemment, « Bizerte Smart City » intégrera les énergies renouvelables.

La gestion de l’eau

La gestion de l’eau est aussi une préoccupation des villes intelligentes et donc de « Bizerte Smart City » aussi. Il s’agira notamment d’intégrer des réseaux intelligents pour assurer la bonne distribution et la bonne qualité de l’eau, mais aussi de détecter plus efficacement les fuites.

Protection de l’environnement et développement durable

Enfin, en matière de protection de l’environnement, une gestion intégrée globale sera mise en place. Ainsi, une plateforme de gestion intégrée pour les applications urbaines (mobilité éclairage public, transport, etc.) sera créée ; de même qu’un système d’information et de gestion de l’énergie et des gaz polluants, notamment le CO2 ; sans oublier la mise en place de services interactifs et d’une expertise météo plus efficace en matière de prévision.

3. Le bâtiment, logement et infrastructure publique

Les bâtiments intelligents font également partie d’un projet de ville intelligente. Les infrastructures existantes peuvent être rénovées et de nouveaux bâtiments construits en intégrant différents capteurs de collecte de données électroniques.

Ces capteurs pourront non seulement assurer la gestion de l’espace en temps réel et assurer la sécurité publique, mais également surveiller l’état structurel des bâtiments. En effet, certains capteurs intelligents peuvent détecter l’usure dans les structures et informer les responsables lorsque des réparations sont nécessaires. Les citoyens peuvent également apporter leur aide dans ce domaine, en avertissant les responsables via une application lorsque des réparations sont nécessaires dans le bâtiment et les infrastructures publiques.

Big DataDans cette perspective, le projet « Bizerte Smart City » veut mettre en place des systèmes de gestion intégrée des bâtiments et des logements, que ce soit pour l’énergie, la sécurité, etc. Ainsi, le contrôle de la consommation dans chaque bâtiment sera effectif. De plus, chaque bâtiment profitera également d’une connexion au réseau SmartGrid. Cet axe de gestion concerne également toute la gestion des services publics, y compris la sécurité avec la mise en place d’un système efficace de surveillance vidéo dans et autour des bâtiments et des infrastructures publiques.

Finalement, la technologie dans les villes intelligentes est de plus en plus utilisée pour améliorer la sécurité publique. Allant de la surveillance de zones à fort taux de criminalité à l’amélioration de la préparation aux situations d’urgences et aux catastrophes naturelles avec des capteurs. Par exemple, les capteurs intelligents peuvent être des composants essentiels d’un système d’alerte précoce avant les sécheresses, les inondations, les glissements de terrain ou les ouragans.

Les technologies dans les villes intelligentes améliorent également l’efficacité de la fabrication urbaine et de l’agriculture urbaine, notamment la création d’emplois, l’efficacité énergétique, la gestion de l’espace et la garantie de produits plus frais destinés aux consommateurs.

Que s’est-il passé lors de la deuxième édition de la conférence internationale « Bizerte Smart City » ?

Depuis 2017, l’association Bizerte 2050, en partenariat avec le ministère des Technologies de la communication et de l’Économie numérique, organise une conférence annuelle appelée conférence internationale « Bizerte Smart City ». Elle est destinée à présenter l’avancement du projet, mais pas seulement.

En effet, la conférence internationale « Bizerte Smart City » est également le lieu de rencontre de tous ceux qui veulent apporter leur contribution à l’un ou plusieurs axes de développement du projet.

De nombreuses innovations, en rapport avec la mutation vers une ville intelligente, sont également présentées durant cette conférence, mais aussi de nombreuses prises de parole.

La troisième édition va se tenir dans quelque temps, mais la seconde édition de la conférence internationale « Bizerte Smart City » s’est tenue du 18 au 20 avril 2018 derniers au centre des congrès de la ville de Bizerte. Deux applications innovantes visant à promouvoir la création d’une ville intelligente ont été présentées à cette occasion.

  • La première, réalisée par la municipalité de Menzel Jemil, avec le soutien du gouvernorat de Bizerte, facilitera l’interaction entre l’organe municipal chargé de la propreté et les citoyens. Cette innovation donnera à chaque citoyen l’occasion de signaler les dysfonctionnements au niveau sanitaire dans la ville.
  • La deuxième application, appelée « Hafilati » (mon autobus), est présentée par la société de transport régional de Bizerte et concerne la ligne « Aéroport Bizerte-Tunis Carthage » en tant que ligne pilote jusqu’à ce qu’elle soit généralisée à d’autres lignes très fréquentées.

Il s’agit d’une application gratuite qui permet aux passagers de consulter les horaires des services en ligne et les emplacements des gares.

Anouar Maarouf, ministre des Technologies de la communication et de l’Économie numérique, a rappelé à cette occasion que le projet « Bizerte Smart City » fait partie du programme national « Tunisie numérique 2020 » et consacre un partenariat entre le tissu et les autorités régionales.

Le ministre a également annoncé lors de cette seconde édition la signature d’un accord de partenariat entre le ministère, le gouvernorat de Bizerte et l’association Bizerte 2050 pour mettre en œuvre le concept de « ville intelligente » et créer un nouveau pôle technologique sur le campus universitaire de Menzel Abderrahmane.

Pour sa part, le gouverneur de Bizerte, Mohamed Gouider, a annoncé la création d’un laboratoire dédié au développement d’une feuille de route pour le projet « Bizerte Smart City ». Prenant également la parole, le commissaire de l’Union africaine chargée des infrastructures et de l’énergie, Ameni Abou Zeid, a souligné que le projet « Bizerte Smart City » faisait partie de l’Agenda 2063 pour la transformation de l’Afrique, réitérant le soutien de l’Union africaine au projet et à toute autre initiative visant à promouvoir la réalisation de cet agenda.

Enfin, le président des études à l’Union internationale des télécommunications (UIT), Bilal Jamoussi, a déclaré dans une vidéo enregistrée diffusée à cette occasion que « les villes de Bizerte et de Kairouan ont été sélectionnées par l’UIT pour faire partie des 50 villes du monde, dont Singapour et Dubaï, qui vont mener un projet pilote de soutien aux villes intelligentes (United for Smart Sustainable Cities (U4SCC)). »

À propos de l’auteur

Nadhmi SAHBANI

Digital Marketer depuis 2009

31 ans, master en marketing digital Ipac Annecy (France), tunisien & bizetin dans l’âme, je parcours le web à la recherche de nouveaux sujets dans le digital marketing à découvrir afin de rédiger des critiques constructives pour tous.

Autres articles et guides qui pourraient vous intéresser

Menu